segway1

 

Il y a trois ans les utilisateurs d'Internet entendaient parler pour la première fois de cet engin, dont le nom de code était "It", puis "Ginger", comme de l'invention qui allait bouleverser le troisième millénaire.
Sur son berceau les fées de la high-tech s'étaient penchées : Steve Apple Jobs, Jeff Amazon Bezzo, John Netscape Doerr et Dean Kamen.

Les hypothèses fleurirent, on parla d'un aéroglisseur fonctionnant à l'hydrogène, d'un sac à dos hélicoptère, d'un kart antigravitationnel, un vrai pur délire pseudo scientifique dont le net est, quelquefois, le joyeux pourvoyeur.
Lorsqu'enfin on découvrit enfin le Segway, une trottinette à grandes roues transversales, la surprise fut au moins aussi grande que le désappointement.

Et pourtant, développé pour un coût de plus de 100 millions de $, le véhicule de Dean Kamen est un concentré complexe de matériel et de logiciel qui imitent à merveille la capacité du corps humain à maintenir son équilibre. Non seulement il n'a aucun frein, il n'a aussi aucun moteur, aucun accélérateur, aucun changement de vitesse et aucun volant, mais il peut transporter une personne moyenne pendant une journée entière, sans arrêt, avec seulement cinq centimes d'euros d'équivalent électricité à la vitesse moyenne de douze kilomètres à l'heure. Sous un aspect très ordinaire, l'engin est au sens propre, extraordinaire.

Économique, écologique, silencieux, fun, maniable, vif, facile à garer, très amusant à conduire, le Segway ce drôle de véhicule, qui de fait, ne ressemble à rien de connu, possède tous les atouts pour vous séduire. Prise en main instantanée et intuitive, on se penche en avant pour avancer, en arrière pour ralentir ou freiner ; on négocie les virages avec le bout du doigt sur la molette située à gauche et le Segway tourne sur lui-même.

artezia segway artezia segway1

Ingenious Mag a testé le Segway, qui de passage à Sophia Antipolis, tente de se développer sur la Côte d'Azur.

Notre avis :
Le Segway nous a séduits en quelques minutes à peine ! Très facile d'utilisation, il se conduit avec simplicité, pas besoin d'être un pro de l'équilibre, le Segway se stabilise automatiquement, il n'y a donc pas de risque de chute.... sauf en cas de batteries faibles!

Rapide, ergonomique, non polluant, le segway présente de nombreux avantages. Il a une autonomie de 10 kilomètres et pourrait bien devenir un compagnon idéal pour les promenades et les courtes distances en ville.

 

Quand le Segway se décline en automobile du futur : Le PUMA !

Le Groupe General Motors et le spécialiste de la mobilité urbaine Segway s'associent en vue de lancer à terme un engin biplace à énergie électrique. Répondant au doux nom de PUMA (pour Personal Urban Mobility and Accessibility Project), il se présente comme une forme évoluée du Segway i2 et se montre capable d'atteindre les 50 km/h.

Pour propulser l'engin, des batteries à technologie lithium-ion, système permettant selon le constructeur d'atteindre une autonomie d'environ 40 kilomètres, bien suffisante pour se rendre au travail.

segway puma1 segway puma2

Le véhicule dispose du procédé V2V, qui permet d'informer en temps réel tous les autres possesseurs du système qu'un accident a eu lieu sur votre trajet quotidien, ou tout simplement qu'un embouteillage est en cours de formation. Le PUMA devrait être équipé en standard du GPS et d'un système sensitif permettant de s'arrêter automatiquement lors du passage d'un piéton.

Très prometteur, le projet PUMA pourrait révolutionner notre manière de nous déplacer en ville.
Le prototype a été présenté au New York Auto Show en 2009.
http://www.segway.com/puma/

 

Actualités

Fin tragique et mauvaise pub pour son produit : Jimi Heselden, 62 ans, le multimillionnaire britannique philanthrope qui avait racheté la société Segway, qui produit les célèbres gyropodes du même nom, en début d'année 2010, s'est tué dimanche 26 septembre 2010 en tombant d'une falaise alors qu'il se promenait sur la version tout-terrain de son engin en Grande-Bretagne.

 

Pin It