parkison

 

Un espoir pour la maladie de Parkinson Une équipe de scientifiques américains est parvenue à créer des neurones spécialisés secrétant de la dopamine, médiateur chimique qui fait justement défaut dans la maladie de Parkinson à partir de cellules souches prélevées sur des embryons humains.

C'est un espoir dans la lutte contre la maladie de Parkinson mais c'est aussi une première biologique dans l'utilisation des cellules souches. L'équipe du docteur Lorenz Studer (laboratoire des cellules souches et de biologie tumorale Sloan-Kettering Cancer Center, New York) a prélevé des cellules souches sur un embryon humain au stade blastocyste, donc âgé de dix jours et non encore attaché à la paroi utérine. Encore indifférenciées à ce stade, ces cellules peuvent se transformer en n'importe quel type de cellule.

Les scientifiques les ont mis en culture pour qu'elles deviennent des neurones et mieux encore pour que ces neurones fabriquent de façon intensive la molécule de la dopamine qui fait défaut aux malades atteints de la maladie de Parkinson.

parkison2

La dopamine est en effet un médiateur du cerveau, c'est-à-dire une molécule transmettant de l'information entre d'autres neurones. Or, on sait depuis longtemps que la maladie de Parkinson se caractérise par la mort lente et progressive d'une famille de neurones synthétisant justement la dopamine et située dans une minuscule zone du cerveau, appelée substance noire ou locus niger.

En théorie, ces cellules pourraient être capable, une fois greffées dans cette zone du cerveau, d'enrayer la maladie de Parkinson. Mais cela est théorique et il reste encore plusieurs étapes à franchir : testés in vitro, ces neurones thérapeutiques doivent être testés sur des animaux, puis être reproduite en quantité suffisante, ce qui ne devrait poser aucun problème.

Ce n'est pas la première fois que les scientifiques font une telle démarche pour la lutte contre la maladie de Parkinson.

Des greffes de neurones prélevés chez des fœtus humains et producteurs de dopamine ont été tentées depuis longtemps en France et en Suède. La découverte de cellules souches chez l'adulte, alors qu'on les croyait l'apanage de l'embryon, a suscité d'innombrables travaux.

neuroneEn 2002, des cellules souches saines ont été prélevées dans le cerveau d'un patient parkinsonien, mises en culture et transformées en neurones. Ceux voulant bien produire de la dopamine (un sur cinq) ont été réinjectés chez le patient dans le locus niger, avec une régression assez spectaculaire de la maladie.

Quant aux cellules souches non spécialisées, les scientifiques parviennent assez bien à orienter leur évolution. On savait déjà les transformer en neurones. Il est désormais possible d'aller plus loin et de créer des neurones spécialisés, en l'occurrence producteurs de dopamine. Les espoirs vont au-delà de la maladie de Parkinson. Les cellules souches donnent beaucoup d'idées aux chercheurs qui aimeraient les transformer en outils thérapeutiques pour bien d'autres maladies : sécrétion d'insuline pour le diabète, d'acétylcholine pour l'Alzheimer ou encore cellules cardiaques pour traiter l'infarctus du myocarde.

De nombreux espoirs se profilent à l'horizon...

Pin It