thomas dutronc1


Vous savez quoi ? Personne n’est parfait. Thomas Dutronc qui est musicien, eh oui, le sait bien, et à 34 ans, se fend d’un premier album.

Les biographies d’artistes, on connaît. Plus c’est "Cosette Tirejus" ou "Je-suis-né-dans-la-Rue", plus ça fait joli. Avec Thomas, ça ne va pas être possible. Il ne lit pas plus dans les étoiles qu’il ne fume de gros cigares, mais son truc tabou, son message personnel vous sautent au visage dès le premier abord. Une main fine et ferme, deux grands yeux bleus espiègles, pas de quoi se vanter ! Ni se plaindre, d’ailleurs…

Donc, de lui, on sait déjà ça. Et, plus vaguement, qu’il donne dans la musique ou sur les bords. Erreur ! Pas vaguement, encore moins sur les bords : carrément par les chemins de traverse. La zique, Thomas s’est faufilé entre ses gouttes tant bien que mal jusqu’à 17 ans, mais à 18, bac en poche et fac d’art en cours, elle lui a brusquement fondu dessus en formidables bourrasques. Pas de celles qui viennent par vent d’ouest en vagues pop ou rock, non, lui, c’est de plus loin vers l’est et dans le temps que ça lui vient : des roulottes Rom et des campements sauvages tout fumant de jazz manouche ! Une vraie conversion, doublée d’une longue, humble et patiente initiation…

Bref, en quelques années de totale immersion, Thomas ne vit plus qu’en maltraitant dans l’allégresse ses malheureux dix doigts (moins un, qui reste obstinément en l’air, sans doute par esprit de contradiction) sur les cascades de notes brûlantes jadis déversées sur une planète blême d’ébahissement par un Django Reinhardt aussi désinvolte qu’intouchable. Vous parlez d’une ascèse dans un monde formaté à la minute de vide vendue au kilo de pub ! Mais Thomas n’en a cure. Tout à la fois la proie et l’aiguillon de sa passion, il va son chemin, gagne ses galons et le respect de ses rudes pairs (tel Bireli Lagrene, qui est à Django ce que Stevie Ray Vaughan est à Jimi Hendrix, excusez du peu !) au fil d’un itinéraire à cloche-pied borné par les bistros d’apaches et force détours partout où les combats de coqs se règlent à grands jets de guitares de tous bois…

Et quand Thomas ne joue pas à perdre haleine avec ses amis manouches, il bricole des chansons avec ses copains d’enfance, parce ça le travaille aussi, évidemment. Et petit à petit, les expériences acquises et les rencontres de hasard aidant, tout ça le mène vers un spectacle fait de pans de rêves éparpillés, de sketches foutraques, de bouts de ficelles incandescentes et, surtout, surtout, de fraternelle créativité : "Thomas Dutronc et les Esprits manouches"…

Au départ, le disque n’existait même pas à l’état de projet secret : c’était juste qu’à un moment, il faut bien faire entendre des bouts de ce qu’on mitonne aux gens que ça concerne… Et comme de bout en bout, le temps a passé, et que 75 représentations de plus en plus torrides en deux ans l’ont comblé, ce qui n’était que grappes de samples et d’extraits est devenu le disque que voila, et qui ne ressemble à rien de connu ou d’identifiable de ce côté ci de la musique populaire : un camaïeu incroyablement dense d’instrumentaux bouillants et de chansons libre-songeuses , comme tombé du ciel avec une grâce d’acrobate, absolument dévolu à l’ardente fantaisie, à la folie douce d’un artiste au faux air de jeune homme sage mais aux charmes méga frappeurs : Thomas Dutronc…

(F. Ducray)

 

Comme Un Manouche Sans guitare

manouche sans guitare
1 - Jeune, Je Ne Savais Rien
2 - Solitaires
3 - J'Aime Plus Paris
4 - Veish A No Drom
5 - September Song
6 - J'Suis Pas D'Ici
7 - Nasdaq
8 - Je Les Veux Toutes
9 - Les Frites Bordel
10 - Le Houdon Jazz Bar
11 - Comme Un Manouche Sans guitare
12 - China Boy
13 - Viens Dans Mon Ile
14 - Canzone Per Maria
15 - Un Manouche Sans guitare (Radio pop mix)

 


Le 8 mars 2008, Thomas Dutronc est nommé à la 23ème cérémonie des Victoires de la musique dans les catégories "artiste révélation du public" et "album de l'année".
Thomas Dutronc fait son premier passage à L’Olympia de Paris du 19 au 21 novembre 2008 et se produit au Bataclan les 2 et 3 juin 2009.

En 2009, "Comme un manouche sans guitare" remporte la Victoire de la chanson originale lors de la 24ème cérémonie des Victoires de la Musique, le 28 février. En 2009, Thomas Dutronc se joint à la tournée des Enfoirés pour les Resto du Cœur.

En 2010, Thomas Dutronc participe au nouvel album d'I Muvrini en chantant aux côtés du groupe dans la chanson Bonafurtuna.

Il y a quatre ans encore, il ne s'imaginait pas chanteur. Après avoir vendu près de 600 000 exemplaires de son album "Comme un manouche sans guitare" (disque de diamant), participé à la troisième plus grosse tournée (Après J. Hallyday & Christophe Mae) de cette année là, c'est une évidence qui s'est imposé dans le paysage de la chanson française. Les mots le cherchent, il joue avec. Alors, pour son deuxième album, il a cherché à se faire plus chanteur encore. Chanteur, c'est écrire des chansons, sans décider du public qui l'écoutera. Thomas Dutronc a cherché à faire un disque qui ne se cantonne pas à une ambiance musicale. Un disque dont on retienne les paroles. C'est ambitieux. Il livre avec "Silence on tourne, on tourne en rond" un disque dans la dernière ligne droite de l'insouciance. C'est un album électrique, plus rock, plus binaire, un objet éclectique, rock'n'drôle, qui ne s'interdit pas non plus de swinguer et de se confier au détour d'une ballade.


Silence on tourne, on tourne en rond

silence on tourne
1 - Turlututu
2 - Demain
3 - Sac Ado
4 - On Ne Sait Plus S'ennuyer
5 - Sésame
6 - Gypsy Rainbow
7 - Oiseau Fâché
8 - Vinyle 73
9 - Clint (Silence On Tourne)
10 - Alerte A La Blonde
11 - Valse En Exil
12 - A La Vanille
13 - Ninine
14 - Louanges Amères
15 - Relançons La Consommation


Pour son 3ème album studio "Eternels jusqu'à demain", Thomas Dutronc met le cap sur l’Angleterre Un nouvel album aux sonorités plus pop, réalisé par le producteur star Jon Kelly (Paul Mc Cartney, Kate Bush) à Londres. Entouré de musiciens brillants - Sam Dickson (Adele) à la basse, Matt Johnson (Jamiroquai) au clavier, John Paricelli (Willy Moon, Sia) à la guitare Thomas Dutronc délaisse le temps de quelques chansons le style manouche qu’on lui connaissait jusque-là.


Eternels jusqu'à demain

eternels jusqu a demain
1 - Aragon
2 - Allongés dans l'herbe
3 - Croc madam
4 - J'me fous de tout
5 - Qui je suis
6 - Princesses
7 - Chez les yé-yé
8 - Je n'suis personne
9 - Archimède
10 - Minuit moins le quart
11 - I'll see you in my dreams

 

 

Site Officiel : http://www.thomasdutronc.fr/

 

Pin It