captain kid

 

Pendant des années, la musique de Sébastien Sigault (né le 17 septembre 1978), alias Captain Kid, est restée une beauté discrète et connue de seulement quelques initiés. Quand il ne la retenait pas chez lui, pour mieux la faire mûrir, le Parisien la promenait dans les bars et les petites salles. Et puis, en 2011, elle est soudain sortie de la pénombre : la chanson "We & I", utilisée dans une publicité bien connue, a couru des semaines durant dans nombre d’esprits et sur bien des lèvres. Aujourd’hui au générique de "67 Songs", elle résume ce qui forge la singularité du premier album de Captain Kid : une clarté mélodique qui ne s’abaisse jamais à la banalité, des arrangements obstinément tournés vers la justesse de ton, un chant qui parle au cœur. Et cette saveur rare du classique instantané qui, dès la première écoute, vous saisit comme une évidence, et dont vous savez qu’il est loin d’avoir livré tous ses secrets.

Après avoir joué ado dans des groupes de rock, Sébastien Sigault, embarqué dans des études de cinéma et de philo, s’est un temps abstenu de toute pratique musicale. Il n’y est revenu qu’au début des années 2000. Un détachement qui lui a permis de se dégager des tentations du cliché ou de l’imitation, pour ne cultiver qu’une ambition, voire une obsession : donner naissance à des mélodies qui respirent librement et dans la durée. "C’est le principal à mes yeux, confirme-t-il. Un morceau est bon quand je le chante deux jours non-stop. Si j’ai oublié la mélodie, c’est qu’elle était oubliable".

Cette exigence amoureuse apportée aux mélodies distingue aussi "67 Songs". Elle s’exprime notamment dans la variété de nuances des arrangements, le travail de ciselage ajusté à chaque titre, des perles folk intimistes de We & I, Uké 1 ou F# aux amples et scintillantes orchestrations pop de Not Reliable, Shiny Crown, en passant par les montées lyriques de Sad Waltz, Nolita ou Forever Cold. Réalisé en très étroite collaboration avec le songwriter pop et maître enlumineur Julien Ribot et son cercle de musiciens (Jérôme Laperruque, Jérôme Pichon, également auteur de Nolita et Grégory Jacques), le disque s’appuie sur un souffle collectif qui donne un supplément de profondeur et d’éclat à des chansons parées de mille facettes, tout sauf unidimensionnelles. Dans la volupté sensible de son chant, qu’il décrit d’emblée comme un "plaisir physique", Captain Kid diffuse notamment des mots et des sentiments qui sont loin d’être tout confort – ainsi Erratic Fever ou November Paradox, qui sous leur tonalité presque pastorale, abritent des paroles d’une réelle noirceur. Dans ce disque qui tourne autour de "la difficulté d’être amoureux, de vivre des choses fortes, de se sentir déplacé dans ses sentiments", Captain Kid rappelle opportunément qu’on peut aborder des sujets graves et intenses sans se départir pour autant d’une nécessaire légèreté.

Ce souci des équilibres, qui fait la si riche substance de "67 Songs", Captain Kid l’évoque encore quand vient sur le tapis la question du titre de l’album. "C’est un peu difficile à justifier, mais je suis simplement passionné par les nombres. Je leur associe des couleurs, et la couleur du nombre 67, que je trouve magnifique, correspondait au disque". La rencontre de la poésie et de l’algèbre, du pur ressenti et des constructions abstraites : c’est une belle définition de la musique. C’est celle, vibrante et toute personnelle, qu’en donne aussi "67 Songs" dans toute la subtilité de ses mélodies.

 

67 songs

67 songs

1 - Not Reliable
2 - We & I
3 - Shiny Crown
4 - Erratic Fever
5 - Sad Waltz
6 - Almost Friends
7 - Uku
8 - Nolita
9 - The Way He Spoke
10 - November Paradox
11 - Forever Cold
12 - F#

 

 

Le 12 février 2016, Captain Kid revient avec un second album intitulé "X or Y".

 

X or Y

x or y

1 - Don't
2 - Sun One
3 - A+B
4 - Saturn's Eye
5 - Undisclosed
6 - Oscar
7 - Upon the Edge
8 - X or Y
9 - Talkin' to a Dead Parrot
10 - Lovin' You
11 - Rêverie
12 - The Favourite Song
13 - On Your Own 

 

 

 

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/CAPTAIN-KID-39246064549/

Pin It