La radioactivité

radioactivité

Après le violent séisme au Japon le 11 mars 2011 de magnitude de 8,9 sur l’échelle de Richter (qui compte 9 mesures), la centrale nucléaire de Fukushima inquiète la population.

radioactivité Fukushima radioactivité Fukushima

Plusieurs explosions ont déjà eut lieues et chacun commence à se questionner sur ce qu’est la radioactivité, à quelle dose est-elle dangereuse pour l’homme et surtout quelles sont ses conséquences sur notre santé et notre environnement ?

Qu’est ce que la radioactivité ?

radioactivitéDans l’esprit des gens la radioactivité est associée au nucléaire, aux bombes atomiques ou aux déchets radioactifs, mais en réalité beaucoup ignorent ce que c’est vraiment.

La radioactivité fut découverte en 1896 par le physicien français Henri Becquerel (1852-1908), lors de ses travaux sur la phosphorescence.

A priori comparable aux rayons X, découvert en 1895 par le physicien allemand Wilhelm Röntgen (1845-1923), la radioactivité se révèle plus complexe. En effet, des études ultérieures menées par Henri Becquerel, Ernest Rutherford ou encore Pierre et Marie Curie mettent en évidence un champ électrique ou magnétique séparant les rayonnements uraniques en trois faisceaux distincts : Radioactivité Alpha (chargée positivement), Bêta (chargée négativement) et Gamma (neutre).

L’unité de mesure de la radioactivité est le Becquerel

Certains noyaux, au cœur des atomes, se brisent spontanément en dégageant de l’énergie sous forme de chaleur et de rayonnement. Ce phénomène naturel est appelé la fission. Ce sont ces rayonnements émis, que l’on peut mesurer, que l’on appelle radioactivité.

L’uranium est utilisé comme combustible dans les réacteurs des centrales nucléaires.

Dans la nature, la radioactivité émane naturellement du granite, roche magmatique, mais aussi du corps humain, en faible quantité. On parle alors de radioactivité naturelle.

La radioactivité est également produite artificiellement par l’homme pour produire de l’énergie. Lors d’un incident nucléaire, des molécules d’iode et de césium se propagent dans l’air et impacte notre santé. Les rayonnements alpha, bêta et gamma constitue un réel danger. Ce qu’il faut savoir, c’est que dans l’atmosphère la quantité d’iode diminue de moitié toutes les semaines, c’est pourquoi il est impératif de se trouver à une distance importante de l’émission afin que les émissions aient le temps de se résorber. En revanche le césium se dissipera dans une période très longue puisqu’elle s’étend sur une trentaine d’années.

Si cette radioactivité présentait une formidable source d’énergie, il fallut attendre 1927 pour qu’Hermann Joseph Muller en démontre sa nocivité. Jusque là les médecins attribuaient aux matières radioactives des propriétés thérapeutiques. Le radium était utilisé comme tonifiant.

L’utilisation du radium

Le radium est un métal alcalino-terreux présent en très faible quantité dans les minerais d’uranium. Il est extrêmement radioactif à l’état naturel.

Le radium (du latin radius signifiant rayon) a été découvert en 1898 par Pierre et Marie Curie.

Pierre et Marie Curie

Dans les années 20, le radium, encore très méconnu, est en vogue. Il est utilisé et vanté pour de nombreuses vertus.
A cette époque on baigne littéralement dans la radioactivité, en effet des sels de bain au radium était utilisé pour les bains (dit de jouvence! conférant une jeunesse éternelle).

 

Les fontaines à radium (Revigator) permettaient de boire de l’eau radioactive.

Utilisé pour de nombreux produits de consommation courante comme de la crème (rajeunissante), du savon, du beurre, du fromage, du dentifrice, de la pommade, des préservatifs, de la laine et même de l’eau minérale… le radium est interdit à partir de 1937 pour les utilisations non médicales.

Camembert au radium - radioactivité  chocolat au radium - radioactivité

 

Catastrophe nucléaire de Tchernobyl

La radioactivité évoque dans l’esprit de tous la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

catastrophe nucléaire de Tchernobyl - radioactivité  catastrophe nucléaire de Tchernobyl - radioactivité

Le 26 avril 1986, la puissance du réacteur numéro 4 augmente de manière incontrôlée dans la centrale nucléaire située sur un affluent du Dniepr à environ 15 kilomètres de Tchernobyl (Ukraine – URSS), conduisant à la fusion du cœur.

Cet accident entraîne la rupture des système de refroidissement puis l’explosion de la centrale avec une libération importante d’éléments radioactifs dans l’environnement immédiat de la centrale, puis une contamination des zones plus lointaines. Un nuage radioactif a survolé l’Europe dans les jours qui suivent.

La catastrophe de Tchernobyl a provoqué près de 3000 décès et plus de 200000 personnes ont dues être évacuées durablement.
De nombreuses personnes ont subit des doses de radiations élevées et sont tombées malades les mois suivants.

Plus de 30 ans après la zone de l’accident est toujours déserte et dangereuse.

Les risques sur notre santé

radioactivité

Tout dépend évidemment de la dose reçue par l’organisme. La radioactivité se mesure en sieverts. Pour avoir une idée plus précise, sans traitement une dose de 6 sieverts est mortelle pour l’homme. Des expositions moins intenses entraînent tout un tas de symptômes : le premier symptôme étant des vomissements puis de la fièvre, des diarrhées, des hémorragies, des infections, etc. De nombreux organes radiosensibles sont alors affectés : la paroi digestive, la moelle osseuse, mais également les tissus embryonnaires et les organes reproducteurs. La radioactivité peut engendrer la stérilité et des forts risques de malformations fœtales. Sur du long terme, l’exposition à de la radioactivité provoque des cancers : tumeurs de la thyroïde, poumon et leucémies.

Les gens habitant à proximité d’une centrale nucléaires sont concernés par ces risques.

Effets immédiats de la radioactivité

– Perte de cheveux, poils, brûlures.
– Lésions de l’estomac et de l’intestin provoquant : nausées, vomissements, diarrhées.
– Lésions de la moelle osseuse provoquant la destruction de globules rouges, blancs et plaquettes. Infections et hémorragies.
– délires, coma.

Effets sur du long terme de la radioactivité

– Cancers : thyroïde, peau, poumon, sein, sang (leucémie).
– stérilité aussi bien pour les hommes que pour les femmes et risque de malformation pour le fœtus.
– cataracte au niveau des yeux.

Seules les tumeurs de la Thyroïde peuvent être efficacement combattues grâce à la prise précoce de comprimés d’iode.

L’iode ingéré va venir se fixer sur la thyroïde et saturer les capteurs. Dès lors lorsque que l’iode radioactive va arriver, elle ne pourra pas se fixer et sera éliminer par l’organisme.

Les niveaux d’alerte en mSv (millisievert)

radioactivité Sievert

Le sievert (Sv) est l’unité utilisée pour évaluer l’impact des rayonnements sur l’homme.

6000 : dose mortelle pour 100 % des cas si aucun traitement n’est fait. A Tchernobyl les gens ayant reçu une telle dose d’exposition sont mort un mois suivant le drame. 4500 : dose fatale pour 50 % des cas. La mort survient dans les 30 jours.
1000 : Apparition de nausées et de vomissements 400 : Niveau de radioactivité par heure annoncé à la centrale de Fukushima prés du réacteur 3
100 : Augmentation du risque de Cancer
20 : Limite annuelle pour les employés de l’industrie nucléaire
10 : Dose reçue au cours d’un scanner du corps entier
3 : Irradiation naturelle en zone granitique
2 : Irradiation naturelle annuelle
0,1 : Dose reçue lors d’une radio des poumons
0,044 : Dose reçue en avions lors d’un long courrier

La médecine a recourt à la radioactivité mais limite son utilisation afin de préserver la santé des patients. Les sources de rayonnements ionisants doivent être utilisées que s’il n’existe aucunes autres alternatives.